Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rien n'est plus beau qu'une femme

Photographe amateur sur Orleans, Auxerre ou Montauban, la beaute feminine en noir et blanc est mon inspiration photographique principale. Mon approche est esthétique avec des mises en ambiance qui ajoutent une touche créative. Et si nous construisions un projet ensemble ?

Un portrait en éloge de la sérendipité

Publié le 19 Juin 2012 par ERos in Mode

eric-rosier-portrait-femme-chat-flou-7506nb.jpg Un portrait dont le style pourrait le classer en photo de mode. Je l'ai titré "Eloge de la sérendipité". Une version noir et blanc du portrait d'Elise publié le jour de son mariage.

 

Sérendipité : quel mot ! Ce n'est pas pour faire savant mais depuis que je connais ce mot compliqué pour nommer quelque chose de simple, j'aime l'employer. Comme le Monsieur Jourdain de Molière qui faisait de la prose sans en rien savoir.

La sérendipité est le mot précis qui signifie que l'on obtient un résultat totalement différent et surtout imprévu par rapport à ce que l'on pensait obtenir. C'est exactement le cas de ce portrait. Ce jour de mars, nous étions à l'extérieur dans un jardin. Le soleil commençait à décliner et jouait dans les branchages pour mixer ombres et lumières. Pas facile pour un photographe d'y trouver la bonne exposition. On passe rapidement de sur-exposé à sous-exposé.

Photographie en mode manuel

En pareille situation, une fois la bonne exposition trouvée, je passe mon boitier en mode d'exposition Manuel. Cela me permet ensuite de me consacrer uniquement à la prise de vue : cadrage et composition sans oublier le dialogue avec ma modèle. Cela convient parfaitement pour une série courte dans laquelle les conditions d'exposition ne varient pas. Dans le cas contraire, on est obligé de modifier ses réglages d'exposition. Si le besoin est rapide : évènement ou situation soudaine, cela devient très difficile car on n'est plus très réactif. Il faut modifier très rapidement les paramètres de prise de vue.

Perte d'attention

Pris dans l'élan du shooting, on peut très bien ne pas prêter attention à un changement des conditions d'exposition. On est en confiance et on ne regarde plus son écran de contrôle à l'arrière de l'appareil photo. On photographie alors une scène alors que les paramètres de prise de vue ne sont pas adaptés. La plupart du temps, c'est la corbeille assurée pour les photos qui ont été prises. Dans mon cas, ce portrait s'est trouvé surexposé alors que la lumière avait augmenté. Ce portrait se retrouve flou. Cela est dû aux mouvements de ma modèle et du chat qu'elle portait alors qu'une vitesse lente était paramétrée sur l'appareil photo.

Inspiré par les grands maîtres de la photographie

A première vue lors de l'editing, j'ai jugé ces photos ratées (car j'avoue en avoir réalisé plusieurs dans les mêmes conditions). Malgré tout, l'atmosphère créée m'intéressait. Le raté ne l'était pas tant que cela. J'ai rapidement eu en référence mentale, les photographies de mode de Sarah Moon ou encore de Lilian Bassman. Ce sont deux femmes photographes dont j'aime particulièrement le travail. Je pourrai d'ailleurs réaliser un article pour chacune afin de présenter leur oeuvre. La plupart du temps Sarah Moon et Lilian Bassman utilisaient le flou pour réaliser leurs oeuvres. J'ai donc conservé cette série de quelques photos et j'ai choisi celle-ci. Le résultat du hasard. Un cas concret de sérendipité.

Commenter cet article

Patrick Baret 20/06/2012 09:20


La sérendipité a bien du talent.


J'aime le mot comme la photo...


Y a-t-il une famille ? Je sérendipites, tu sérendipites, il eût fallu que nous sérendipitassions, une oeuvre sérendipiteuse, ou sérendipitissime, réaliser qqch sérendipitement... J'en passe, et
sûrement des meilleures !


 

ERos 20/06/2012 23:44



Pas facile à placer dans une conversation mais c'est juste pour la beauté. Cela me plait toujours de découvrir un mot étrange et compliqué pour nommer quelque chose de simple et quasi-quotidien.


Après pour la déclinaison familiale du mot, je te laisse à tes supputations.


A bientôt.


Eric