Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rien n'est plus beau qu'une femme

Photographe amateur sur Orleans, Auxerre ou Montauban, la beaute feminine en noir et blanc est mon inspiration photographique principale. Mon approche est esthétique avec des mises en ambiance qui ajoutent une touche créative. Et si nous construisions un projet ensemble ?

Aurore et le rocher dans la Loire 2 (n&b)

Publié le 5 Février 2012 par ERos in Charme

eric-rosier-eros-portrait-femme-aurore-loire-4923nb2.jpgLa photographie en noir et blanc du portrait d'Aurore assise sur un rocher dans le lit de la Loire.

J'aime beaucoup ce portrait mais d'autres auraient souhaité y voir plus de jambes. Cela aurait eu l'immense désavantage de la voir de moins près. Là, je trouve sa posture, son attitude et son expression parfaite. Alors qu'il va faire encore plus froid que -10°C cette nuit, j'aimerai tellement pouvoir continuer cette séance photo... Les pieds dans l'eau en photographiant... photographiant... photographiant... encore et encore... jusqu'à n'en plus pouvoir.

Commenter cet article

Jean-Christophe 09/03/2012 19:14


Une jolie photographie pleine de douceur et de délicatesse. J'aime beaucoup.

ERos 09/03/2012 22:47



Merci pour le compliment.


Les trop peu de photos visibles sur votre site sont pas mal aussi. J'aime particulièrement le portrait à la rose pour sa douceur des tons pastels et le portrait en tronc en clair obscur.


Trop peu de photos car au vu de l'échantillon de vos 6 photos, je reste sur ma faim.


A bientôt.


ERos



MOYON 04/02/2012 12:42


Très juste ,entièrement d'accord avec Patrick BARET ,qui est peu être mon cousin mais peu importe j'aime


Amitiés


Jean Luc

ERos 04/02/2012 23:01



Possible que tu sois son cousin car vos âges ne sont pas trop éloignés. Le monde des amateurs de beautés photographiques est petit.


Je constate aussi que notre débat s'est élargi avec ton arrivée.


Amicalement.


Eric



Patrick Baret 04/02/2012 10:34


Bonjour cher Eric. Notre controverse est particulièrement intéressante, car elle témoigne d'un débat qui ne sera jamais résolu, et qui concerne les rapports de l'artiste et du critique. Je vais
m'expliquer: tu es l'atiste, bien sûr, et moi le critique. La démarche est claire: tu "livres" une oeuvre en PRENANT LE RISQUE qu'lle soit reçue par un public INCONNU dont tu ne sais rien de la
sensibilité, de la culture, des goûts, etc. Là intervient le critique, qui n'exprime pas l'art, mais s'exprime A PROPOS... EN MARGE... EN REACTION à l'artiste...


A partir de là, de nombreuses démarches critiques différentes sont possibles, et souvent terriblement antagonistes.


La première: le critique se croit dépositaire d'une certaine vérité... Il est persuadé (ou fait comme si) d'être à la fois en intimité avec l'artiste (le critique a "tout compris" de ses
intentions et de sa technique), et en compétence pour décerner bons et mauvais points au nom de critères qu'il est évidemment un des seuls à posséder complètement... Ce n'est évidemment pas mon
attitude.


Une deuxième: le critique ne fait rien d'autre qu'établir des correspondances, en fonction de ses propres connaissances et de sa propre expérience. C'est, si l'on veut, la critique de
l'érudition, forcément limitée car nul ne "sait tout". Alors on va trouver du Sieff dans ton oeuvre, ou un Noir et blanc argentique des années 60, ou une aptitude au portrait qui se rapproche de
l'oeil des néo-réalistes, ou je ne sais quoi... C'est à peine plus intéressant que la précédente et ce n'est pas non plus ma tasse de thé.


Une troisième: le critique S'APPROPRIE l'oeuvre et exprime sa propre SENSIBILITE à propos, en réponse à l'ARTISTE, mieux EN ECHO à l'artiste. La critique devient alors un propos PERSONNEL, en
relation avec une sensibilité unique (la sienne) et SANS SOUCI des règles, des traditions, des convenances, de la bien pensance, et sans être à la recherche de la vérité de L'ARTISTE et de son
INTENTION PROFONDE. On prend ici - et c'est celle-là ma démarche - le risque de se tromper. On essaye de formuler un propos personnel et sensible, intelligent si l'on peut, qui vient EN PLUS.
Cette critique-là est sans doute celle où l'on tend à l'artiste un MIROIR DE SOI et non UN MIROIR DE LUI.


Je ne doute pas que tes intentions n'ont rien à voir avec mon imaginaire ou mes fantasmes, au moins sur cette image précise... Je t'informe AVEC AMITIE d'une manière, à laquelle tu n'avais pas
songé, de la RECEVOIR... car tu l'as publiée... et donc, au moins partiellement, elle t'échappe !


Une anecdote: tu connais le poàme "Voyelles" de Rimbaud... Après la mort de ce dernier, Verlaine, qui l'avait "bien" connu, pouvait déclarer: "je puis vous affirmer que Rimbaud se foutait
complètement qu'un A soit vert ou bleu... il le voyait comme ça, c'est tout !" J'adore ça, j'adore Verlaine et Rimbaud...


Ah! les critiques...


Très amicalement, de plus en plus...

ERos 04/02/2012 22:57



Effectivement, je comprends bien mieux après tout ce fleuve d'explications très sensées. La troisième démarche critique me convient tout à fait.


De plus, je ne souhaite pas me fâcher avec mes belles et délicieuses modèles, toujours prêtes à récidiver devant mon appareil photo. Il ne s'agirai pas de les choquer.


J'ai de beaux projets en cours d'élaboration avec trois d'entre elles. Il ne reste plus qu'à trouver les dates de réalisation.


Pour Rimbaud, cela fait longtemps que je n'ai rien lu de lui mais pour voyelles, voici ce dont il s'agit :


A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d'ombre ; E, candeur des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silence traversés des Mondes et des Anges :
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux ! -


Arthur Rimbaud


A bientôt.


Eric



MOYON 03/02/2012 00:14


Belle image pleine de douceur, j'aime


Amitiés


 Jean Luc

ERos 03/02/2012 23:34



Oui Jean-Luc, c'est une de mes préférées dans cette série.


A bientôt.


Eric



Patrick Baret 03/02/2012 00:04


Bonjour mon cher ami.


Voici une image d'un érotisme fou. L'espace entre les cuisses, noir au milieu du blanc des genoux et du bras, est comme un coeur de cible... une entrée sur un accès aux mystères essentiels...
presque une invite... tout près des eaux calmes et profondes !!!


Et, hors la poésie et le rêve, Aurore est magnifique.


Sans être désobligeant pour le photographe et son art, il me semble que le DON (l'aban-DON...) du modèle atteint à la même profondeur. Les deux sont sans doute indissociables.


Amicalement.

ERos 03/02/2012 23:36



Ouh la !


Je ne te suis pas mon cher Patrick.  Je n'ai pas du tout eu une telle idée à la réalisation de cette photo ni après...


Chacun voit donc les choses selon ce qu'il "veut" voir. Peut-être...


Pour le reste Aurore était très décontractée, en confiance et elle m'a donc offert de très belles poses. Un beau souvenir que cette séance !


A bientôt.


Eric